La recherche

For Home and Country: The Role of the Federated Women’s Institute in Rural Canada

Pour le foyer et la patrie. Le rôle de la Fédération des instituts féminins dans le Canada rural Mme R. G. Purcell, présidente des Federated Women Institutes of Ontario, remet un chèque servant à financer l'achat d'un tracteur Chockshutt destiné à la Grèce et représentant des fonds amassés en Ontario dans le cadre de la campagne Pennies for Friendshi

La Fédération des instituts féminins du Canada a joué un rôle de premier plan dans le développement des collectivités rurales de notre pays. À la fin du XIXe siècle, les hommes participaient régulièrement aux réunions de l’Union des agriculteurs ou de leur association agricole. Ils pouvaient ainsi discuter des dernières nouveautés de l’agriculture scientifique et d’autres enjeux. Cependant, il n’existait aucune structure équivalente pour les femmes.

C’est en 1897, sous la direction d’Adelaide Hoodless, qu’a eu lieu à Stoney Creek, en Ontario, la première réunion de ce qui allait devenir la Fédération des instituts féminins du Canada. Dès 1919, cette Fédération possédait des sections partout au pays. Les femmes membres de ces instituts ont :

  • noué des liens avec les collèges agricoles canadiens;
  • aidé les familles d’agriculteurs à faire face à leurs difficultés financières; 
  • fourni des renseignements sur les règles d’hygiène en milieu rural;
  • présenté des recommandations concernant la planification successorale et la relève agricole;
  • participé à l’effort de guerre pendant les deux guerres mondiales.

Parmi leurs initiatives les plus connues, citons le programme Pennies for Friendship, lancé dans les années 1930, et Well Baby, qui a financé des cliniques de santé mobiles pour les nourrissons et des programmes de distribution de lait dans les écoles publiques des années 1940 aux années 1960.   

Retour au haut de la page