La Collection

Batteuse « Peerless Separator, modèle 1315 » Sawyer-Massey

 


Lieu actuel :

Réserve des collections

Provenance :

Achat en 1970

Historique :

Cette batteuse, dite « Peerless Separator », a été fabriquée par la société L. D. Sawyer & Company de Hamilton, en Ontario. Cette société a produit des moissonneuses, des faucheuses, des séparateurs de grains et des machines actionnées par des chevaux au début des années 1880. En 1889, la société Massey a acquis des parts dans la L. D. Sawyer & Company, qui est devenue la société Sawyer & Massey. En 1910, l’entreprise a cédé ses actions, et est devenue la Sawyer-Massey. Sawyer-Massey a continué de produire des batteuses et des locomobiles, ajoutant plus tard à son catalogue les tracteurs à essence.

Historique technique :

Une batteuse est une machine utilisée pour séparer le grain de la plante récoltée, laquelle est réduite en paille et balles. Les premières batteuses étaient stationnaires. Actionnées à la main ou à l’aide d’un tapis roulant, elles ont augmenté la quantité de grains qu’un agriculteur pouvait séparer en une journée. Les batteuses mobiles sur roues ont commencé à remplacer les machines stationnaires dans les années 1860 et ont encore accru le degré de mécanisation de la récolte des céréales. À l’origine, les batteuses étaient faites en bois et actionnées par un treuil mû par des chevaux. Plus tard, elles ont été fabriquées en acier et actionnées par des locomobiles et des tracteurs à essence. Ces batteuses ont à leur tour été remplacées au XXe siècle par les moissonneuses-batteuses, qui effectuent en une seule machine la récolte et le battage.

Le lancement du « Peerless Separator » a eu lieu en 1887. Équipée d’une nouvelle technologie de séparation des grains, cette batteuse utilisait des plateaux vibrants pour séparer le grain de la paille. Le modèle plus récent exposé au Musée comprend également un système automatique d’alimentation, technologie née dans les années 1890. Ce système coupe automatiquement les gerbes de céréales et les introduit dans la batteuse à un rythme soutenu. Il permet ainsi d’augmenter le volume de grains battus. Le « Peerless Separator » représente la tendance de la fin du XIXe siècle, soit vers une plus grande automatisation de la séparation du grain. Cette machine illustre aussi la fusion des sociétés de fabrication de matériel agricole au Canada à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Retour au haut de la page