Expositions

Vitrine : Le Temple canadien de la renommée agricole

Photo : e002072048 


Le Temple canadien de la renommée agricole rend hommage à des hommes et à des femmes qui se sont illustrés par une contribution exceptionnelle à l’industrie agroalimentaire au Canada. La galerie de cet organisme de Toronto établi en 1960 est ouverte au public tous les ans pendant la Royal Agricultural Winter Fair. Grâce à un généreux don, le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada rendra hommage chaque année à des membres du Temple de la renommée. Le thème de cette année sera la prévention de la rouille du blé. L'accent sera mis sur la production de céréales et les efforts soutenus du début du 20e siècle visant à trouver une solution à ce problème persistant.

La lutte contre la rouille du blé

La rouille est une maladie des végétaux affectant les céréales, y compris le blé, plus importante culture du Canada. C’est une maladie à transmission aérienne qui affaiblit les tiges et les feuilles des plantes, ce qui réduit le rendement des récoltes. Causée par plusieurs espèces apparentées de champignons (genre Puccinia), la rouille se propage rapidement par temps humide. Depuis le milieu du 19e siècle, des agriculteurs et des chercheurs canadiens collaborent à l’élaboration de variétés de blé résistantes à la rouille. Leur travail se poursuit, alors que de nouvelles souches de rouille menacent les cultures céréalières. Ces membres du Temple de la renommée ont été les premiers à mener la lutte contre la rouille du blé au Canada


David Fife (1805–1877)

David Fife a été mis en candidature par la David Fife Memorial Society et a été intronisé en 1963.

Les producteurs de céréales canadiens du 19e siècle connaissaient bien la rouille du blé. Dans les années 1840, David Fife (1805–1877), agriculteur de Peterborough (Ontario), s’est mis à chercher des variétés de blé résistantes à la rouille. En 1842, il obtint de l'Europe de l'Est des graines d’une variété résistant à la maladie. Il cultiva et distribua cette variété appelée « Red Fife » en son honneur; on la cultiva dans les années 1880 dans tout l’Ouest canadien, devenu une importante région productrice de blé après la construction du chemin de fer de la société Canadien Pacifique.


Dr. E. Cora Hind (1861–1942)

E. Cora Hind, Ph. D., a été mise en candidature par le Canadian Women’s Press Club et a été intronisée en 1963.

Le chemin de fer a amené de nombreux colons dans l’Ouest, y compris E. Cora Hind (1861–1942), Ph. D honoraire. Née à Toronto, madame Hind s’est installée à Winnipeg en 1882. Elle a travaillé comme sténographe pour des organisations agricoles et a acquis une connaissance directe de l’agriculture dans l’Ouest. En 1901, le quotidien Winnipeg Free Press l’a recrutée comme première rédactrice spécialisée en agriculture. Féministe de la première heure et exerçant une profession essentiellement masculine, madame Hind s’est taillé une solide réputation dans la prévision des récoltes. Elle a prédit avec exactitude l’incidence de la rouille sur les récoltes de blé dans l’Ouest, ce qui a contribué à freiner les spéculations sur les prix agricoles. Bien que les agriculteurs canadiens aient bénéficié des prévisions de madame Hind, la rouille a continué d’évoluer et d’affecter le blé de l’Ouest, y compris le blé Red Fife.


Dr. Charle Saunders (1867–1937)

Charles Saunders, Ph. D., a été mis en
candidature par l’Association canadienne des producteurs de semences et a été intronisé en 1961.

Charles Saunders (1867–1937), Ph. D., était chercheur à la Ferme expérimentale centrale, établie à Ottawa en 1886. En 1903, il entreprit la sélection de variétés de blé convenant à la courte saison de croissance de l’Ouest canadien. Croisant la variété « Red Fife » et une variété indienne appelée « Hard Red Calcutta », Saunders a mis au point un blé rouge dur de printemps à maturation hâtive appelé « Marquis ». Le blé Marquis a fait l’objet d’une vaste distribution en 1909 et a rapidement remplacé le « Red Fife » comme variété dominante dans l’Ouest canadien. Cependant, comme d’autres céréales, il est demeuré vulnérable à la rouille. Lorsque Saunders a pris sa retraite, en 1923, la recherche visant l’obtention d’un blé résistant à la rouille s’est poursuivie.


Dr. Cyril Goulden (1897–1981)

Cyril Goulden, Ph. D., a été mis en candidature par l’Institut agricole du Canada et a été intronisé en 1979.

Cyril Goulden (1897–1981), Ph. D., qui s’intéressait à la botanique, s’est penché sur le problème de la rouille. À la suite d’une grave épidémie de rouille survenue en 1916, le gouvernement du Canada créa le Dominion Rust Research Laboratory. Goulden dirigea ce laboratoire mis sur pied à Winnipeg en 1925. Au cours des décennies suivantes, il travailla avec des scientifiques pour mettre au point plusieurs variétés prometteuses de blé résistant à la rouille. Au début des années 1950, une nouvelle souche de rouille affecta grandement les récoltes de blé dans l’Ouest canadien, sauf celle de la variété « Selkirk », élaborée pendant le mandat de Goulden comme spécialiste des céréales en chef. Sous la direction de Goulden, les chercheurs canadiens ont fait progresser la recherche génétique sur les causes de la rouille. Ils continuent de le faire aujourd’hui.

Retour au haut de la page